logo Navigation rapide : Accueil - Articles - Tous les Whiskies - Forums

Sujet : Whisky & Perrier
Forum Public / Les mariages avec le whisky / Whisky & Perrier
- Vous devez être identifié pour ajouter un message dans ce sujet
Bonjour, vous n'êtes pas identifié
S'identifier - S'inscrire - Aide
Il y a en tout 8 visiteurs en ligne :: 8 inconnus et 0 membre.
ligne
[ Ecrire une réponse ]

<< < Page précédentePage : 1 2 Page suivante > >>
[ Bas de la page - Dernier message ]
Auteur Sujet : Whisky & Perrier
lbs44

(Membre)
Posté le: 03/09/06 18:44, dernier message le : 25/09/06 [Répondre ]
Bonjour a tous, et toutes... Je viens pour la premiere fois sur ce forum.

Une question qui me tarabusque... Peux t'on reellement apprecié toute la finesse d'un whisky mélangé a de l'eau gazeuze ou es ce un crime ?? Merci pour vos avis...
SINGLEMALT
Mieux vaut 1 excellent dram...que 2 médiocres .(Life is too short to drink bad whisky).......Denis
(Rédacteur)
Posté le: 03/09/06 20:15 [Répondre ]
Salut,
cela dépend du whisky !!!
avec un blended, ç'est pas mauvais, où avec du coca, du "cécémel", des glaçons...

par contre, avec un single malt nono grrr gnak
c'est effectivement déconseillé, du point de vue éthyque

c'est comme prendre un vin (grand cru) et y rajouter de l'eau, je sais que dans certains endroits du côté de la Méditerrannée, c'est de coutume, mais bon...

maintenant,les couleurs et les goûts...
par contre, quelques gouttes d'eau non gazeuse dans un
whisky à 50% de vol. ou plus, cela peut être bénéfique pour libérer les arômes et diminuer quelque peu le taux d'alcool élevé
Antares

(Membre)
Posté le: 03/09/06 20:30 [Répondre ]
Hello,

Effectivement, couper un single malt avec de l'eau gazeuse, ce n'est pas franchement génial...
Maintenant un blend quelconque, pourquoi pas, Coca ou eau gazeuse, ça ne change pas grand chose ; voire, ce n'est pas nécessairement mauvais, selon le blend.

Pour ce qui est de la remarque de Denis, au sujet de l'eau non gazeuse, il me semble certes, que nos amis Ecossais le font (ou juste avant de se servir, rincent leur verre avec de l'eau du robinet très froide), mais avec l'eau du coin où ils se trouvent, pas avec n'importe quelle eau. Mais je me trompe peut être.

A+
Fred
Distillateur
(Administrateur)
Posté le: 04/09/06 09:16 [Répondre ]
Bonjour lbs44 et welcome !

Il y a certain blend qui sont créés pour être mélangé (perrier, coca, glace, etc). Il on un attaque très ronde et forte pour conservé le petit goût de whisky malgré la noyade. Par contre, cosommé sec, la finale est très souvent amer, courte et assez beurk !

Les singles malt développent des arômes qu'il est préférable d'apprécier sec et à température ambiante. Pour beaucoup d'entre eux, une petite pointe d'eau neutre (pas trop minéralisée) permet de baisser le niveau d'alcool et dévoiler des arômes plus subtils. Certains whiskies à l'attaque sauvage deviennent alors de doux nectars. Les farouches du whisky sec insistent souvent sur le fait que cela change la texture du whisky. Cela devient donc une affaire de goût ! L'idéale étant de goûter un même whisky avec et sans dilution

A bientôt
Esquibien

(Membre)
Posté le: 04/09/06 17:42 [Répondre ]
Dans la notice de Laphroaid, ils conseillent de rajouter quelques goutes d'eau plate afin de développer les aromes.
Et c'est vrai, je l'ai constaté !
Amor57
Alain
(Membre)
Posté le: 23/09/06 16:37 [Répondre ]
Ma réponse va certainement m'attirer des foudres. mais ce n'est pas grave j'ai l'habitude.
Selon un single (malt ou grain) doitêtre dégusté sans aucun ajout. Outre le fait que je n'apprécie pas les boissons gazeuses, celles-ci par leur apport en bicarbonates (ce qui rend l'eau pétillante) risquent de modifier profondément la composition du whisky : modification du pH, réactions d'oxydo-réduction etc.... Les senteurs et les flaveurs peuvent être modifiés.
En cas de besoin (bdf franchement alcooleux par exemple) je conseille d'ajouter une goutte d'eau à la pipette.
Mais ceci n'est que mon avis personnel et je sais le sujet soumis à controverses
ardbeg
le béotien
(Membre)
Posté le: 23/09/06 17:11 [Répondre ]
Je suis d'accord, je bois moi aussi mes single malts purs, en tout cas ceux à 40 ou 43°. Au-delà, il faut les mouiller légerement d'eau plate pour abaisser le degré alcoolique, sinon ça brule tellement que je n'apprécie plus. Bien sûr, déguster immédiatement après un repas est beaucoup mieux qu'en apéro, pour la même raison (avant, le palais et l'oesophage souffrent, après, ils sont "tapissés" des graisses avalées et l'alcool ne brule plus !)
Amor57
Alain
(Membre)
Posté le: 23/09/06 22:34 [Répondre ]
Désolé de ne pas être d'accord avec toi, ardbeg ... Très rares ont été les whiskies que j'ai réduits de moi-même. De mémoire, il y a l'Edradour 10 ans SV finition Sauternes et ??? Les autres, tous les autres, je les ai dégustés et appréciés non réduits, y compris ceux titrant plus de 60%. Là où je suis d'accord avec toi, c'est que s'ils "brûlent" alors on peut leur ajouter UNE goutte d'eau, suffisant pour changer complètement le whisky, mais pas pour modifier le titre alcoolique (40 gouttes font un ml, donc une goutte = 0,025 ml et une dose moyenne de W est de 20 ml ...)

Il y a peut-être une question d'habitude. Il est vrai que mon premier Mortlach j'ai essayé de le réduire car il titrait plus de 65%. Je l'ai noyé et j'étais déçu rapport au prix de la bouteille ... J'ai alors décidé de ne plus le réduire. Et comme c'était à l'époque ma seule bouteille, je me suis habitué.

Par contre ta "tapisserie" faite de graisses me fait un peu sourire. je pense que ce que tu veux dire c'est que les centres gustatifs sont saturés et donc moins sensibles à l'éthanol. Mais ça veut aussi dire moins sensibles aux flaveurs, non ?

Dernière chose : un whisky bien équilibré ne brûle que très peu, quel que soit son titre. Un certain Auchentoshan 15 ans OB pour la MW que certains sur ce forum ont goûté ne paraît pas ses 60,4% tellement il est doux. Je crois que le caractère alcooleux d'un whisky repose essentiellement sur cette absence d'équilibre entre flaveurs et alcool. L'alcool sert à relever certains arômes, à les mettre en évidence.
ardbeg
le béotien
(Membre)
Posté le: 23/09/06 23:09 [Répondre ]
Alain, je ne sais pas comment décrire cette sensation qui fait qu'un même alcool est beaucoup plus doux à ma langue, à mon palais et à mon estomac APRES un repas qu'avant. Je ne suis pas un maniaque du piment rouge, de la harissa ou de la moutarde, donc je pense avoir une sensibilité gustative normale.
Lorsque je réduis moi-même certains alcools forts (je pense à une Linie Aquavit norvégienne que l'on m'a offert récemment), je mets la valeur d'un dé à coudre (1 cl) dans mon verre (5 cl), donc l'aquavit descend de 45 à 37,5°, ce qui ne le dénature pas trop.
La plupart des auteurs spécialistes du whisky (McLean, Casamayor, Jackson, Bénitah) parlent de dégustation à 30°, et chez les japonais, c'est carrément à moins de 20°.
Remarque, comme ça, la bouteille dure plus longtemps
Bon, faudrait que j'essaye le Ben nevis à 69° de la MdW pour valider tes dires
Fred
Distillateur
(Administrateur)
Posté le: 24/09/06 13:41 [Répondre ]
Je n'étais pas fana également de la dilution avant, mais de très nombreuses bonnes expériences m'ont prouvé qu'il fallait être très ouvert dans ce domaine. Il est certain qu'une dilution non maîtrisée peut être désatreuse, mais elle est très souvent révélatrice de certains arômes forts du breuvage. Elle permet de mieux apprécier à nouveau le produit brût avec un oeil neuf.

C'est un peu comme apprécier le chant d'un moteur de voiture après avoir bien étudié sa mécanique ! On s'éloigne du sujet, certes, mais c'est la seule comparaison qui me vient à l'esprit
[ Haut de la page ]
<< < Page précédentePage : 1 2 Page suivante > >>

logo